gamerslance.com

Zombie Army 4: Dead War - Examen de la version PlayStation 4


Cela ne fait pas longtemps que nous vous en avons parlé Zombie Army 4: La guerre morte, le titre développé par Rébellion.

A cette occasion, lors d'un événement pratique à Milan, nous avons eu l'occasion d'essayer une version complète mais pas encore finie du jeu.

Le titre nous a convaincu dès les premières heures de jeu: malgré le gameplay déjà vu, Rebellion a réussi à nous étonner en insérant quelques fonctionnalités intéressantes qui ont brisé la monotonie et donné de la vivacité à toute l'expérience.




Pour les non-initi√©s, Zombie Army n'est autre que le spin-off de Sniper Elite, saga se d√©roulant dans un univers alternatif o√Ļ Hitler a mis le monde entier √† genoux.

Les titres Rebellion ont réussi à obtenir une bonne suite avec plusieurs milliers d'exemplaires vendus, garantissant toujours de bons niveaux de plaisir et de qualité, malgré quelques petites incertitudes techniques.

La série Zombie Army nous a accompagnés pendant des centaines d'heures, et avec ce quatrième chapitre l'équipe de développement a travaillé dur pour nous faire tomber encore plus amoureux des démembrements brutaux typiques de la marque.

Confiants de ce nouveau chapitre, nous nous sommes plongés dans la mêlée pour tenter d'exterminer la menace zombie qui envahit l'Italie.

La menace Zombie n'abandonne pas même en Italie

Au d√©but de la campagne, l'histoire des chapitres pr√©c√©dents et la prise de pouvoir de Hitler: le F√ľhrer, d√©di√© √† l'occultisme gr√Ęce aux connaissances acquises par Troisi√®me Reich, il a r√©ussi √† cr√©er une arm√©e de soldats morts-vivants en utilisant les milliers de cadavres de victimes de la guerre.




Tous les nazis qui ont été tués sont maintenant revenus à la vie, beaucoup plus violents et cruels, prêts à plonger le monde dans le chaos avec leur soif de vengeance.

Malgré les efforts de Karl Fairburneper qui ont conduit à l'élimination d'Hitler, qui est maintenant devenu une créature impure à la fois humainement et physiquement, le rituel fou qui a rendu les nazis au monde n'a pas cessé, laissant le monde dans la tourmente complète.

Au début de l'histoire, nous nous retrouverons donc à Milan, étant donné que, comme prévu, le titre se déroule entièrement en territoire italien.


Le travail des développeurs de Rebellion pour transformer méticuleusement les décors et l'architecture purement italiens est certainement à récompenser.

Rues, ruelles, monuments et en général, chaque détail des différents décors a été bien repensé dans des tons post-apocalyptiques. Un exemple est celui de Galleria Vittorio Emanuele II, dans lequel nous affronterons des hordes de monstres assoiffés de notre sang.

Un autre exemple avec un impact particulièrement positif est la ville de Venise, dans lequel le joueur affrontera les ennemis d'un canal à l'autre, le forçant à voir un scénario connu et apprécié dans le monde qui se déverse désormais dans une situation tragique.


Au-delà des technicités, nous ne pouvons rien dire de négatif sur le rendu visuel des lieux que nous explorons. Malgré le faible récit de ce quatrième chapitre, l'imagerie post-apocalyptique est en ligne avec nos attentes et parvient à équilibrer les échelles, nous offrant une bonne expérience dans l'ensemble.



Au début du jeu nous devrons choisir notre personnage, un peu comme cela s'est passé dans Left 4 Dead. Nous aurons également un menu entièrement dédié à choix de trois armes, auxquels des explosifs et autres accessoires peuvent être ajoutés.


Nos armes peuvent être améliorées sur un établi, qui se trouve dans les zones de sécurité des différentes cartes entre lesquelles nous allons nous déplacer.


L'importance d'une arme améliorée

Sur la carte du jeu, vous pouvez trouver des améliorer cela vous permettra d'installer des capacités sur les armes qui donneront des avantages considérables pour les échanges de tirs, comme la possibilité de tirer un coup électrique comme première balle du fusil.

La mise à niveau des armes est un mécanisme presque fondamental pour continuer sans problèmes pendant les missions, car les hordes d'ennemis augmenteront énormément au fur et à mesure que vous continuez dans l'histoire, ce qui rend nécessaire d'avoir une arme de plus en plus performante pour contrer la menace.

La personnalisation du personnage ce n'est pas total. Au fur et à mesure de votre progression et de votre niveau, vous aurez accès à de nouveaux couvre-chefs, animations et railleries.

Quelques √©l√©ments de personnalisation suppl√©mentaires n'auraient certainement pas g√Ęch√© le gameplay, et certainement le look de votre personnage √† l'√©cran serait rest√© plus agr√©able, ne serait-ce que pour le diff√©rencier dans les modes en ligne.


Être prudent est le premier pas vers la survie

L'interaction avec l'environnement qui nous entoure joue son r√īle cl√© dans les affrontements. L'observation des √©l√©ments qui entourent le joueur peut s'av√©rer indispensable pour pouvoir survivre dans certaines passes plus intenses.



L'équipe Rebellion a ajouté beaucoup plus d'objets mortels aux scénarios de ce chapitre que dans les titres précédents; des objets qui nous permettront de nous efforcer d'exterminer des hordes d'ennemis en un rien de temps.

L'expérience du Gunplay e la mécanique de tir ils sont également beaucoup améliorés par rapport aux chapitres précédents, bien que dans les phases à la première personne, il soit encore possible de percevoir une certaine incertitude dans sa solidité.



Les attaques de mêlée sont utiles, mais pas toujours efficaces, car les ennemis sur la carte pourront assommer avec très peu de coups, forçant le joueur à rechercher presque toujours une approche à distance.

Les attaques de mêlée sont divisées en normales et mortelles, dont cette dernière vous permettra de délivrer des coups décisifs, techniques finales qui éliminent l'adversaire en un seul coup.

L'attirail disponible s'enrichira au fur et à mesure de votre progression dans le jeu, et il sera possible d'utiliser les armes lourdes laissées par les ennemis pour dévaster les hordes en très peu de coups.


Au fur et à mesure que vous continuez à travers les différents scénarios, vous aurez des objectifs secondaires à remplir, ce qui permettra à votre personnage de recevoir un rang plus élevé et une grande quantité de points d'expérience.

Les missions optionnelles obligeront souvent le joueur à aborder une certaine tactique pour tuer les ennemis, ajoutant une grande diversité au gameplay.

Le titre s'avère être très amusant joué dans solo, mais nous avons un peu plus apprécié la production en mode coopératif.

Nous avons pu mener à bien les missions dans les deux sens, et nous nous sommes rendu compte qu'en compagnie, il est possible d'expérimenter différentes manières d'avancer dans la mission.

Même l'équipe de Rebellion avait recommandé de profiter du titre avec quelques compagnons, puisque Zombie Army 4: Dead War parvient à donner le meilleur de lui-même en offrant du plaisir hors du standard.


En compagnie, c'est plus amusant

Nous avons également essayé le mode horde en compagnie de certains joueurs en ligne. Dans ce cas, vous devrez non seulement faire face à des hordes d'ennemis qui arrivent par vagues, mais il y aura également une carte de jeu qui s'élargira à mesure que le massacre se poursuivra.

Ce m√©canicien en ajoute un plus grande difficult√©, puisque vous devrez g√©rer des ennemis de presque tous les c√īt√©s de la carte, rendant la collaboration des trois autres co√©quipiers presque obligatoire.

Si vous tombez aux mains de l'ennemi et que personne n'intervient pour l'aider, votre personnage deviendra l'un des zombies contr√īl√©s par l'IA du jeu, entrant en collision avec les survivants de la session.

Les phases de combat pendant les hordes d'ennemis sont très bien géré par le moteur: on n'a jamais vu le framerate du jeu vaciller, et tout est géré par un moteur graphique qui, bien que n'étant pas dans l'air du temps, parvient à se défendre très bien en donnant des textures presque toujours compactes.

En général, les environnements ne sont traités que marginalement, probablement pour éviter d'alourdir davantage le titre.


Un juste équilibre entre difficulté et plaisir

Le démembrement des zombies est total, frapper un ennemi à un certain point est très important pour la réussite de la mission.

Dans ce chapitre, le Ralenti aux rayons X, ce qui nous permettra de regarder nos balles détruire lentement les os et les organes de nos ennemis.

Un élément qui a toujours caractérisé l'équipe de Rebellion est leaccessibilité de ses titres. Zombie Army 4 est conçu pour s'adapter à tout type de joueur, des plus habitués aux tireurs à ceux qui sont encore débutants.

La difficulté en mode normal est très haut, cependant, en réussissant à donner la bonne touche de défi sans exagérer.

Le seul d√©faut pr√©sent lors des affrontements est le manque d'options au cas o√Ļ vous seriez entour√© de zombies.

Souvent, lorsqu'il est acculé, il est difficile de secouer les ennemis, forçant le joueur à tomber au sol dans l'espoir d'avoir toujours la capacité de revenir à la vie en tuant un ennemi.


Le doublage est entièrement en anglais, mais il y a des sous-titres italiens. Il va sans dire qu'il existe des stéréotypes de "mamma mia!" ou "oh mon dieu!" par des personnages italiens interprétés par des doubleurs anglais, qui, même gentils, se heurtent au reste du doublage.

Des moments comme celui-là nous ont donné envie de disposer d'un doublage à domicile pour éviter les moments de gêne, car toute l'action et les personnages sont sur le territoire d'origine.

Comme mentionné ci-dessus, les développeurs auraient tout aussi bien pu faire un peu plus d'effort pour le moteur graphique.

On a aimé la solidité du framerate même dans les phases les plus excitées de l'action, cependant il est difficile de ne pas remarquer comment le moteur n'est pas en mesure d'apporter une qualité graphique à la hauteur des standards modernes.

Nous avons essayé la version PlayStation 4 Pro et n'avons trouvé aucun problème majeur. Le seul bug majeur que nous avons rencontré s'est produit au début d'une mission, nous montrant un personnage complètement différent de celui que nous avions choisi.


En conclusion

Nous nous sommes beaucoup amusés ces dernières semaines en compagnie de Zombie Army 4: Dead War: c'est sans aucun doute un incontournable du genre, convenant également à ceux qui recherchent un titre à jouer en compagnie qui allie parfaitement défi et plaisir.

Les deux principaux modes pr√©sents conf√®rent √† la production une long√©vit√© consid√©rable: la campagne prend environ douze heures pour se terminer en essayant de ne pas laisser de c√īt√© certains objectifs secondaires.

On peut dire pleinement satisfait du travail de Rebellion, même si on espère qu'à l'avenir il pourra enfin renouveler le moteur graphique désormais manifestement obsolète qu'il transporte depuis un certain temps.



Ajouter un commentaire de Zombie Army 4: Dead War - Examen de la version PlayStation 4
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.